Do the fate of young animal is affected by the age of their parents?

For a change from the tracking data analyses, let’s now focus on some population dynamics. The interesting question of juvenile survival has been investigated by Rémi Fay, Phd Student and member of the Earlylife team program. A study conducted on a long-lived seabird species, the Wandering albatross, has been the subject of a recent publication in Proceedings of the Royal Society.

 Thanks to 50 years of long-term monitoring of the Crozet population, we know today the ancestry of many chicks and more specifically the age of their parents. This has allowed us to investigate the effect of parental age on the early-life survival of young albatrosses after fledging, when they are alone in the open ocean. We found that chicks from older parents have a lower survival probability after fledging. This result could be related to the aging of albatrosses. Just like humans, older albatross have overall lower capabilities. Previous studies have shown that older albatrosses suffer from higher mortality rates, lower breeding frequencies, lower breeding success and lower foraging performance. Thus, chicks born to older parents likely start their life at a disadvantage and so in the long term, may have a greater chance of dying”.

The study then goes on to distinguish the effect of maternal from paternal age.  They found that the age of the father was more important than that of the mother. In this very long-lived species, whilst both parents share parental duties, the parent’s contributions are not equal. Males are bigger and larger than females, and thus provide more food to the chick both by abundance and frequency. Thus, the skills of the father could be highly decisive for the healthy development of the chick.

Diapositive3

(read more…PDF)

 

 

Le sort d’un jeune animal peut-il être prédit par l’âge de ses parents ?

Après avoir mis l’accent sur l’analyse spatiale des déplacements des jeunes individus, place  aujourd’hui à une autre composante du programme EarlyLife : la dynamique des populations.

La question critique de la survie en début de vie lors de premiers mois d’indépendance a été étudiée par Rémi Fay, étudiant en thèse au CEBC. Une étude menée sur une espèce d’oiseaux longévif, l’albatros hurleur, a fait récemment l’objet d’une publication dans revue Proceedings of the Royal Society.

“Grâce au suivi à long terme mené depuis plus de 50 ans sur la population de Crozet, nous connaissons aujourd’hui la généalogie de nombreux poussins et par là même l’âge de leurs parents. Nous avons étudié l’effet de l’âge des parents sur la survie des jeunes albatros après l’envol, période au cours de laquelle ils s’alimentent et se déplacent seuls à travers l’océan austral. L’étude a montré que les poussins de parents âgés ont une probabilité de survie plus faible au cours des premiers mois de vie après l’envol. Tout comme nous, humains, les albatros vieillissent et les individus les plus âgés voient leurs aptitudes générales décroitre. Des études antérieures ont montré que les albatros âgés souffrent d’un taux de mortalité plus élevé, d’une fréquence de reproduction plus faible, d’un moindre succès de reproduction et des performances de recherche alimentaires inférieures. Ainsi, les poussins nés de parents plus âgés grandissent probablement dans des conditions moins favorables, et commencent ainsi leur vie avec un désavantage. Sur le long terme, cela s’exprimerait par une probabilité de mortalité plus forte en comparaison de leurs congénères, élevés par des parents plus jeunes”.

Pour aller plus loin dans l’explication de ces résultats, l’étude distingue ensuite les effets maternels et paternels en s’intéressant à l’âge des deux parents. Les auteurs ont constaté que l’âge du père était clairement le plus important que l’âge de la mère. Chez cette espèce longévive, les deux parents partagent les soins parentaux. Cependant, les mâles, plus lourds et plus grands que les femelles, délivrent plus de nourriture à leur petit, à la fois en fréquence et en quantité. Ainsi, les compétences du père pourraient être décisives pour le bon développement du poussin avant son envol.

(en savoir plus…PDF)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s